Einstein vaut-il la moitie du Dr Raoult ? Pour en finir avec « l’indice h »

Einstein vaut-il la moitie du Dr Raoult ? Pour en finir avec « l’indice h »

Une murale representant Albert Einstein, dans une rue de Moscou. Si votre indice h eleve peut Par exemple etre associe a un Nobel, cela ne prouve nullement qu’un indice h peu eleve soit necessairement associe a votre « pietre » chercheur. © Credit photo : Shutterstock

La controverse mediatique entourant le professeur Didier Raoult fournit l’occasion de revenir sur l’omnipresent indice bibliometrique « h-index », invente en 2005 via le physicien americain John Hirsch (d’ou le choix d’une lettre « h » pour designer votre indice).

L’« indice h », ou « facteur h », en francais est devenu en l’espace de divers annees une reference incontournable chez de nombreux chercheurs et gestionnaires du monde academique.

Il va i?tre particulierement promu et utilise en sciences biomedicales, domaine ou Notre massification des publications semble avoir rendu impossible toute evaluation qualitative de confiance des travaux des chercheurs. Cet « indicateur » est devenu le « miroir aux alouettes de l’evaluation », devant lequel les chercheurs s’admirent ou ricanent en constatant le piteux « indice h » de leurs « chers collegues », mais neanmoins rivaux.

Bien que les experts en bibliometrie aient de suite note le caractere douteux de votre indicateur meilleurs sites de rencontre pour femmes composite , la plupart des chercheurs ne semblent pas toujours comprendre que ses proprietes sont loin d’en Realiser 1 indice valide Afin de evaluer serieusement et ethiquement un « qualite » ou leur « impact » scientifique.

Notre plus souvent, ses promoteurs commettent d’ailleurs premonitoire de logique elementaire en affirmant que les laureats tarifaire Nobel ont « ordinairement » un indice h eleve, preuve qu’il mesure bien la specialite individuelle des chercheurs. Or, si un indice h eleve est en mesure de Dans les faits etre associe a un Nobel, i§a ne prouve nullement qu’un indice h minimum eleve soit necessairement associe a votre « pietre » chercheur. Dans les faits, votre indice h en apparence faible est en mesure de cacher 1 impact scientifique eleve, du moins si l’on accepte que l’unite de mesure habituelle de votre visibilite scientifique se reflete au nombre de citations recues.

Les limites de l’indice h

Defini tel le nombre d’articles N d’un auteur ayant tous recu bien N citations, on voit immediatement que votre indice reste borne par le nombre total d’articles. En d’autres termes, si une personne a vingt articles cites cent fois chacun, le indice h reste de 20, ainsi que une personne qui a aussi vingt articles, mais cites tous seulement vingt fois, soit 5 fois moins ! Mais quel chercheur serieux dirait que des deux seront « egaux » du fera que leur indice h reste le meme ? Or, si un indicateur n’est nullement proportionnel au concept qu’il est cense mesurer, alors il va i?tre invalide.

Notre plus ironique dans l’histoire de l’indice h est que le inventeur voulait i  l’origine contrer l’usage du nombre de papiers, qui d’apres lui ne representait gui?re bien l’impact scientifique d’un chercheur. Cela pensait donc le « corriger » en le combinant au nombre de citations que les articles recoivent. Pis, il s’avere que l’indice h est en fera tres serieusement correle (a hauteur d’environ 0.9) avec le nombre de publications ! En d’autres mots, c’est bel et bien le nombre de publications qui fait grimper l’indice h davantage que le nombre de citations, indicateur qui, malgre ses limites, demeure la meilleure mesure de l’impact des publications scientifiques.

Tout ceci reste connu des experts, mais peut-etre nullement des chercheurs, des evaluateurs et des journalistes qui se laissent impressionner via nos personnages se pavanant avec leur indice h colle au front.

Raoult vs Einstein

Dans une recente enquete de Mediapart , une chercheure faisant part du comite d’evaluation du laboratoire du Dr Raoult, avait confie au journaliste ne pas s’etre laissee impressionner : « Ce qui m’a marque, raconte-t-elle, c’est l’obsession de Didier Raoult pour ses publications. Quelques minutes avant que ne commence l’evaluation de le unite, c’est d’ailleurs la toute premiere chose qu’il m’a montree dans le PC, le facteur h. »

Notre Dr Raoult avait lui-meme affirme en 2015 au magazine Le Point qu’il fallait « compter le nombre et l’impact des publications des chercheurs pour evaluer la qualite de leur article ». Examinons donc le fameux « facteur h » du Dr Raoult et regardons comment il se compare, disons, avec celui d’un chercheur qui est communement considere comme le plus grand savant du dernier siecle : Albert Einstein.

Dans la base de precisions Web of Science (WoS), Didier Raoult compte 2053 articles publies entre 1979 et 2018, ayant recu un total de 72 847 citations. Le indice h calcule a partir des deux precisions est de 120. On sait malgre tout que J’ai valeur de l’indice h peut etre gonflee artificiellement grace a toutes les citations faites par un auteur a ses propres articles, ce que l’on appelle des autocitations. Or, le WoS indique que parmi les citations totales attribuees a toutes les articles co-signes par Didier Raoult, 18 145 proviennent d’articles dont Cela reste legalement cosignataire, et cela equivaut a un taux d’autocitations de 25 %. En ignorant ces autocitations, l’indice h de Raoult baisse de 13 % a une valeur de 104.

Interessons-nous dorenavant au cas d’Albert Einstein. Ce soir compte 147 articles recenses par le WoS entre 1901 et 1955, annee de son deces, Afin de un total de 1564 citations recues de le vivant. Sur ces 1564 citations, seules 27, soit 1 maigre 1,7 %, sont des autocitations. Si l’on rajoute les citations faites a ses articles apres son deces, Einstein a recu un total de 28 404 citations entre 1901 et 2019. A partir des donnees de publications ainsi que citations, Einstein obtient un indice h de 56.

Si l’on devra faire confiance a la mesure dite « objective » de l’indice h, on reste alors force de conclure que les travaux de Didier Raoult, avec le indice corrige de 104, ont un impact et une portee scientifiques 2 fois plus importants que ceux du pere du photon, des relativites restreinte et generale, une condensation Bose-Einstein et du phenomene de l’emission stimulee a l’origine des lasers. Peut-etre vaudrait-il plus en conclure, comme suggere plus bas, que l’indicateur est bien juste bidon ?

この記事を書いた人